3 Collectivités territoriales : lutte contre le gaspillage, mode d’emploi

Gaspillage alimentaire, état des lieux

Le gaspillage alimentaire en France représente 10 millions de tonnes de produits par an. La restauration collective et commerciale serait responsable de 14% de ce gaspillage (selon l’étude de l’ADEME sur les pertes et gaspillage alimentaire).
Une perte sèche en ressources naturelles, une augmentation inutile des émissions de gaz à effet de serre, des biodéchets, … qui ont incité les pouvoirs publics à pousser à l’action.

Lutte contre le gaspillage alimentaire : les obligations des collectivités territoriales

Dans le cadre la lutte contre le gaspillage alimentaire, des textes successifs fixent les obligations des collectivités territoriales. Dès 2015, la loi de transition énergétique (2015) imposait à la restauration collective publique la mise en œuvre d’un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire. La loi du 11 février 2016, dite Garot, a imposé la mise en place d’actions d’information et d’éducation dans les écoles et établi la hiérarchie des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire :

Prévention du gaspillage alimentaire

Utilisation des excédents propres à la consommation humaine, par le don ou la

transformation

Utilisation pour l’alimentation animale ;

Utilisation à des fins de compost pour l’agriculture ou la valorisation énergétique, notamment par méthanisation ».

En 2019 (Ordonnance n° 2019-1069 du 21 octobre 2019), en application de la loi du 30 octobre 2018, dite EGAlim, l’obligation de mettre en place une démarche active de lutte contre le gaspillage alimentaire a été étendue à toute la restauration collective (publique et privée). Depuis lors également, et comme c’était le cas depuis 2016 dans le secteur de la distribution, les opérateurs de la restauration collective produisant plus de 3000 repas par jour ont obligation de conventionner avec des associations habilitées en vue de leur donner leurs invendus. Le fait de rendre délibérément impropres à la consommation humaine les denrées alimentaires invendues encore consommables est, de plus, lourdement sanctionné.

La loi du 19 février 2020, dite loi AGEC, détermine quant à elle, un objectif national de diminution du gaspillage alimentaire en restauration collective ; celui-ci devant être réduit de 50% entre 2015 (ou la première référence connue) et 2025.

Nous sommes experts en logistique de l’aide alimentaire et depuis 6 ans, nous mettons cette expertise au service de la lutte contre le gaspillage alimentaire et de la solidarité alimentaire sur les territoires.

Nous avons développé, à la fois :

  • Des solutions pour lutter contre le gaspillage alimentaire en restauration collective ; et plus spécifiquement, au niveau des cuisines centrales et des offices de restauration ou « cantines »

  • Des solutions de valorisation des repas proposés de manière complémentaire aux dispositifs d’aide alimentaire existants sur les territoires, notamment dans le cadre de cantines solidaires et d’une offre de paniers antigaspi solidaires distribués par les épiceries sociales.

Aujourd’hui, nous travaillons déjà avec l’ensemble des territoires de la région Ile-de-France et les principaux opérateurs publics et privés de la restauration collective présents.

Nous avons développé en partenariat avec la ville d’Aubervilliers la première cantine solidaire antigaspi, approvisionnée à 100% en excédents de la restauration collective : Rest’Auber qui fonctionne 5 jours sur 7 depuis 2018.

Nous avons plusieurs projets de nouvelles cantines solidaires sur d’autres territoires d’Ile-de-France, notamment en lien avec les villes de Noisy-le-Sec, Fontenay-sous-Bois et Saint-Denis.

A titre d’illustration, pour le territoire du Grand-Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont, 16 tonnes d’excédents ont été valorisées en 2021 ; c’est autant de biodéchets évités.

Nous livrons nos repas aux différents acteurs de la solidarité alimentaire dont les Restos du Cœur et l’Armée du Salut avec lesquels nous collaborons depuis plusieurs années.

Entre mi 2018 et fin 2021 ce sont ainsi l’équivalent d’environ 150.000 repas qui ont pu être redistribués sur les différents territoires où nous intervenons.

Vous souhaitez en savoir plus et découvrir nos solutions pour :

Découvrez nos solutions !

CONTACTEZ-NOUS